PASSAGE

montage_passage

Une multitude d’axes de réflexions est possible grâce à la notion de paysage (réel, imaginaire, l’histoire, les rapports, la technique, les émotions, la question de neutralité et le positionnement.
Notre regard éclaireur est alors subjugué par les effets de changements de cadre, d’échelle, de netteté, grâce aux transitions et aux oppositions.

Sans cesse en noir, blanc et nuances de gris, ces photographies se différencient à la fois de la réalité et de la capture photographique par leur cadrage et disposition dans la page, donnant ainsi toute leur étrangeté.

Ces horizons puissants créent une sorte d’épuration par cette association. Ainsi cette confrontation des formes irrégulières de teintes semblables, crée une sorte de miroir dans lequel se réfléchit le vide. Celui-ci est à la fois vain et noble. Ici la notion de vide est représentée par les divers reliefs des massifs et des escaliers, mais aussi par la notion qu’aucun être est présent car la notion de vide est intimement liée à la notion d’être.

Format ouvert : 594 x 420 / Reliure fait main.
Edition crée en décembre 2013, projet effectué au sein de l’Ecole de Recherche Graphique, à Bruxelles.